Rédaction Web & Print
Conception
Publicitaire
à la pointe... de Bretagne!

               

Bienvenue sur le site de Melle Jeanne !

  • Vous recherchez une oreille attentive en matière de communication ?
  • Une tête bien-pensante pour vos problématiques marketing ?
  • Une plume rapide et efficace pour présenter votre entreprise, et vendre vos produits et services ?

Et si vous faisiez appel à un rédacteur, concepteur !

Travaillant en collaboration avec des graphistes, des agences de publicité et digitales, ou en direct avec le client, le rédacteur met sur papier (ou écran) tout ce que vous avez toujours eu envie de dire, sans jamais réussir à le formuler !

Grâce à un regard extérieur sur votre entreprise et votre activité, le rédacteur vous aide à prendre de la hauteur. Vos messages publicitaires et arguments commerciaux gagnent ainsi en perspicacité !

Présentation

Jeanne Gestin, rédactrice web & print, conceptrice publicitaire, 15 ans d’expériences diverses et variées. Ayant fait mes armes à l’agence Publicis, j’ai appris à allier créativité et réactivité pour toutes les missions qui me sont confiées!

Parcours professionnel

Depuis 2015

Création d’un collectif de freelances : BAZIK Communication. Réunion de talents créatifs et productifs au service des jeunes entreprises.

Depuis 2012

Rédacteur, concepteur indépendant, Brest

Communication 360° pour des agences de publicité du Finistère et d’ailleurs (Publicis, Hippocampe, Collot Conseil, Gulfstream Communication, La Bonne Porte…) et toujours avec des graphistes et agences web indépendants !

De 2008 à 2012

Rédacteur, concepteur indépendant, Rennes

Communication 360° pour des agences de publicité rennaises et nantaises (Jardin d’idées, Euro RSCG, Le Goués et Associés, Al Dente…), avec des graphistes freelances (papillonnage, Gang Team, PomCom…) et des agences digitales (Factory02…) pour travailler en sous-traitance ou en direct avec les clients.

De 2004 à 2008

Rédacteur, concepteur sénior, Publicis Rennes

Communication 360° pour Aquatonic, Thermes marins de St Malo, Bloc Béton, Renault, salon des vins de Loire, SIVAL…
Spécialisation en marketing direct et marketing opérationnel pour Magasin Vert, Point Vert, Banque Populaire (de l’Ouest et Bred), Société Générale, Caisse d’Epargne, cidres Val de Rance…)

De 2001 à 2004

Rédacteur, concepteur junior, Publicis Brest

Communication 360° pour Magasin Vert, Point Vert, Bénéteau, Brit Air, Produit en Bretagne…

En savoir plus ?

Dernières Réalisations

Artisanat, Transports, BTP, Tourisme, Services, R&D, Loisirs… Une plume qui s’adapte à tous les secteurs d’activité

Visitez mon book pour découvrir d’autres réalisations !

Blog

Suivez toutes mes actualités et les tendances de communication...

Rendez-moi ma #mer!

24 novembre 2020
Journal d’une con-finie – Saison 2 – Episode 7 Tellement j’ai hâte de savoir quelles sont les nouvelles libertés qu’on va nous octroyer ce soir… que je rêve déjà de retourner à la mer en plein hiver! C’est pourquoi j’ai ressorti de mes archives, ce texte adressé à une passionnée de la grande bleue! Belle lecture et croisons les doigts… jusqu’à la prochaine fois! LE BAIN DE JOUVENCE Elle ouvre ses yeux, bleus comme des lagons mais c’est une autre mer qui l’appelle ; celle qui vient se perdre sur la côte d’Emeraude. Alors, elle se lève déterminée, contre vents et marées ; qu’il pleuve ou qu’il vente, elle se lance. Les pieds d’abord, gelés, elle avance, l’air battante puis les cuisses, droit devant, le bassin se raidit, mais elle continue. Une main vient cueillir une houle fraîche. sous la nuque, elle fraîchit et déjà, le corps rentre en transe dans cette mer bienveillante. Ça y est, elle nage loin. Longtemps. Mais finit toujours par revenir transie mais heureuse de pouvoir profiter chaque jour de ce petit bonheur de la vie.

Ce soir, c’est vendredi, buvons un coup à une santé qui nous est chère : la nôtre !

20 novembre 2020
Journal d’une con-finie – Episode 6 – Saison 2   Youpi, c’est vendredi ! ou pas ? 3ème we de confinement… ou pas ? Ne serait-on pas plutôt entré dans un confinement SOCIAL où on a toujours « droit », avec dérogation, de continuer à vivre normalement la semaine et de rester bien gentil à la maison le week-end ? Les premiers week-ends, une fois les invitations reportées, on s’est dit qu’on en profiterait pour faire tout ce dont on n’a jamais le temps de faire. Retrouver les plaisirs simples du 1er confinement où on avait redécouvert : – le temps de jouer avec les enfants, – le temps de prendre des nouvelles des siens par caméras interposées, – le temps de mettre de l’ordre dans nos vies et de rêver à ce que l’on ferait demain, quand tout irait bien… Et puis, on s’est lassé. Nous voilà arrivés à ce fameux 3ème we de confinement, et on regrette ce soir : – le cousin du sud et sa famille qui devaient venir découvrir nos terres bretonnes, – les apéros improvisés avec les voisins, – les longe-côtes entre copines – le poulet du dimanche avec la famille… Et demain ? Quand on nous dira, vous avez « droit » de : – dépasser 1km autour de chez vous – de faire ses emplettes dans les petits magasins – d’aller chez le coiffeur… On aura presque envie de leur dire MERCI en oubliant ce qu’était la vie d’avant, ce qu’est la vie vraiment. L’essentiel n’est pas de continuer à avoir une vie économique, c’est de pouvoir profiter de tous les plaisirs de la vie : partager, rire ensemble, aller boire des coups, s’éclater à un concert, voyager tout simplement ! Quand retrouverons-nous notre libre arbitre ? Plus le temps passe, plus le COVID se prélasse et plus le moral se casse… Ce soir, c’est vendredi, alors buvons un coup à une santé qui nous est chère : la nôtre !

#CONFINEMENT CULTE – #FIN DES CULTES ?

16 novembre 2020
Journal d’une con-finée – Saison 2 – Episode 5   Ma Grande Tante Yvonne a 97 ans. Tante Yvonne vit seule. Tante Yvonne est aveugle. Tante Yvonne est pieuse et c’est quasi tout ce qu’il lui reste. Depuis des années, ses journées sont rythmées de la même manière. Sa cécité limitant ses activités. Matinée pour se préparer, Midi repas, Après-midi écoute de livres audio prêtés par la bibliothèque municipale Fin de journée écoute de l’indétrônable « Questions pour un champion ». Et le Dimanche matin, changement de programme, avec l’écoute du « Jour du Seigneur » sur la 2. Une dame de l’église d’à côté vient même depuis des années lui donner son hostie pour qu’elle puisse  communier à distance : Hyperconnectée avec le seigneur La Tatie! Ce vendredi 13 novembre, elle a fêté ses 97 ans. Et dimanche, pour la première fois, elle a refusé qu’on lui allume la télé pour la messe. Quand je suis passée la voir une heure après, elle pleurait, son chapelet à la main… « Pourquoi pleures-tu Tatie ? » Elle m’a expliquée avoir refusé de voir la messe à la télé car ce n’était plus pareil qu’avant. Elle n’entendait plus les fidèles chanter, ensemble. Elle ne pouvait plus communier car la dame de l’Eglise ne pouvait plus venir… Alors, quel intérêt ? Même son poste audio restait muet, marre d’écouter toujours les mêmes histoires… le bibliothécaire ne pouvant plus passer. Alors, à qui ça servait de continuer… Je l’ai rassurée en lui disant que le Seigneur était toujours connecté avec elle… même aujourd’hui ! Elle m’a répondu : « Mais non, je suis sûre qu’il m’a oublié, je ne serai plus là sinon… ». Alors, même si y a pas droit, j’ai pris ma Tatie dans les bras et nous avons pleuré ensemble. Pourquoi doit-on protéger nos petits vieux s’ils sont oubliés de tous ? Pourquoi interdire aux croyants de célébrer leur culte ensemble si on ne peut plus aider son prochain ? Pourquoi continuer à croire ce que l’on nous raconte… quand ils restent sourds à nos revendications ? Ainsi-soit-il!

#Rentrée masquée pour #reconfinement manqué !

4 novembre 2020
Journal d’une con-finée – Saison 2 – Episode 4   • Confinement ou couvre-feu ? • Produits essentiels ou non essentiels ? • Distanciation physique ou sociale ? • Maques obligatoires pour les plus de 11 ans, non, pour les plus de 6 ans… et demain ? A peine 2 mois après la rentrée scolaire, nous voici obligé de masquer aussi les élèves de primaire toute la journée, et pour les plus courageux d’entre eux, de 7h30 à 18h30, garderie comprise ! Le premier jour, ma fille de 9 ans, n’a pas été gênée. Au contraire, l’attrait de la nouveauté, l’envie de faire comme les plus âgés… et puis, le 2ème jour est arrivé, et le couperet est tombé : « c’est nul les masques ! »… Et je ne connais pas encore le ressenti des instituteurs ! Pour ce qui est des professeurs que je côtoie, c’est une catastrophe pour les relations avec les ados. Une prof m’avait même contée qu’elle avait été émue, le jour de la photo de classe, de pouvoir enfin voir le vrai visage de ses élèves masqués… est-ce normal ? Dans une société où l’on dit tout et son contraire, dans une société où l’on veut en même temps que l’épidémie s’arrête et que l’économie reprenne, ce ne sont pas à NOS enfants de subir VOS contradictions ! Ce nouveau confinement aux limites imprécises et aux dérogations poussives montre déjà ses limites ! Pourquoi transformer nos ministres en apothicaires quand plus rien n’est essentiel ? Pourquoi ouvrir les écoles s’il faut fermer la gueule de nos enfants ? A vos méditations…